Le Bon Appétit !

Download PDF

D’Etienne Pichault

Souris d’agneau.

La pierre blanche de l’appui de fenêtre a gardé la fraîcheur de la nuit et c’est là qu’elle s’est perchée, qu’ elle s’étire, se lèche et baille. La journée s’annonce chaude. En somme, elle s’endormirait volontiers mais une affaire de souris lui chatouille les moustaches et l’empêche de fermer l’oeil. Depuis toute à l’heure, elle ne la quitte pas du regard car elle a enfilé un tablier, signe de réjouissances… Il y a sur la table des fèves du potager, des oeufs du poulailler, de la tomme du vacher d’à côté et des souris, les souris de l’agneau qui paissait dans le pré. Elle prend les souris une à une et les pique, sans lésiner sur la quantité, de belles gousses d’ail nouveau. Dans une cocotte et en une minute elle les fait revenir à l’huile d’olive avec des oignons. Elle mouille d’un verre de vin blanc, sale, et ajoute serpolet, laurier et un hachis de légumes. Elle ferme le couvercle. La chatte ferme les yeux et s’endort pour une heure et demie, le temps que les souris soient à point.

Le resto est petit, trop petit et quand passe le Tour dans sa montagne, elle passe le sien et ferme sa porte à double tour. Alors comme Cigalon elle se prépare un festin. Elle écosse un kilo de fèves fraîches, les dépiaute et les plonge dans l’eau bouillante salée quelques minutes avec un bouquet de sarriette. Elles rejoindront les souris en fin de cuisson avant le déglaçage.

Signe avant-coureur(s), on entend passer au loin la caravane qui aboie et affole la faune: les chamois sont mal dans leur peau, les choucas se cassent et les marmottes ont les chocottes…

Et pour accompagner élégamment les souris d’agneau, elle prépare un soufflé à la tomme de montagne: 150gr. de fromage râpé dans 30 cl de béchamel. Elle ajoute 3 jaunes d’oeufs. Elle fait monter 4 blancs en neige et mélange délicatement le tout qu’elle verse dans un plat beurré et enfourne pour 30 minutes.

Toc, toc, toc…

• Qui est là ?

• Je suis un échappé de la grande boucle… Ils sont à mes trousses, à quelques minutes… et…

Clic,clac…

• Entrez, entrez… (à part)… Bel homme, belle allure et bien bâti…(à lui)… Que puis-je pour vous ?

• C’est la cata, je n’avance plus, je perds les pédales, le coup de pompe et la fringale… Mhmm, ça sent bon chez vous…

• Vous tombez bien, j’allais déjeuner seule et vous voilà…

• Je n’ai pas le temps malheureusement…

• Tsss,tsss vous déraillez ! Ici le temps s’arrête ,je suis contre la montre. Regardez-vous, vous êtes tout tendu et bien trop serré dans votre accoutrement . Otez moi tout ça, un petit massage avant un repas sage, agneau et soufflé et vous serez regonflé à bloc.

• Mais…

• Faites pas le timide… Allongez-vous…

• Bon, d’accord…

• Houla ! Ca c’est du biscoteau… Et ça… C’est du solide… Et là, c’est pas de la guimauve… Pardi, c’est quelque chose… Vous tombez bien… Allons, encore un petit coup et on passe à table…

Heureux et repu, il l’embrassa une dernière fois…«Vous êtes ma petite reine» lui dit-il, soudain poète. Il fit «au revoir !» à la chatte qui s’enfilait les restes de souris, enfourcha sa bicyclette et relança la mécanique.

Pour la première fois de sa vie, elle alluma le poste de télévision pour regarder l’arrivée d’une étape du Tour de France.

Il la remporta haut les mains…Et aux journalistes qui lui demandaient son secret, il répondit: plein d’amour et beaucoup d’ail ! …

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *