Dans le tonneau de Diogène… continue

Download PDF

Lors des Nuits du Paradoxe de mars sur le thème « Des Engagements», D’Une Certaine Gaieté a réuni les différents participants au dispositif « Dans le tonneau de Diogène » afin de partager les impressions de chacun sur cette première expérience.

Chaque Diogène  a pu expliquer ce qui l’a motivé à participer au dispositif et raconter comment il avait vécu ces moments, sans oublier les relations tissées avec le public.

Au cours de cette discussion, plusieurs Diogènes ont manifesté l’envie de rééditer l’expérience à d’autres occasions, dans d’autres contextes. Cette envie rencontrant celle de l’asbl, il a été décidé de mettre sur pied une plate-forme « Diogène». Le fondement de cette plate-forme est de proposer/d’inventer une scène — mobile, modulable, nomade — conçue comme espace de parole, de révolte, de revendication, de colère, de proposition… Une scène en prise sur le quotidien, capable d’accueillir et de faire coexister diverses composantes affinitaires.

La création d’une telle plate-forme implique la définition d’un minimum de valeurs, de pratiques, d’objectifs communs auxquels chacun/e puisse adhérer. Ce « plus petit dénominateur commun » qui pourra donner une cohérence au projet et créer du lien entre les personnes impliquées.
Parmi les propositions lancées à la table-ronde, certaines idées semblaient déjà prendre forme, comme par exemple celle d’intervenir régulièrement à la brocante de Saint-Pholien ou encore celle de « d’Une Certaine Gaieté » de faire intervenir la plate-forme Diogène lors du 1er mai.

Imprimer

Il apparait alors clairement qu’une nouvelle rencontre entre tous les Diogènes potentiels est nécessaire, afin de définir les bases de cette plate-forme et de lancer concrètement le dispositif.

Cette rencontre s’est tenue le 8 avril pendant les Nuits du Paradoxe « Mixed Public». Les Diogènes présents, après de nombreuses discussions, en sont arrivés à la conclusion que le fondement de cette plate-forme devait rester simplement la figure de Diogène telle qu’elle avait été présentée lors du lancement du projet.

En effet, cette figure est le dénominateur commun qui peut réunir associations et militants autour de ce projet, car elle incarne une lutte intemporelle, et donne la parole à l’individu quelle que soit sa place dans la société. De plus, elle véhicule un symbole de simplicité et fait partie de la mémoire collective. Tout cela contribue à ce que chacun puisse s’approprier cet espace de parole.

Il a aussi été décidé de continuer sur le même modèle, tant au niveau de la scénographie que de la variété des intervenants dans le tonneau, afin que ce Diogène moderne marque autant les esprits que l’original.
Enfin, le tonneau de Diogène est à la disposition de tous. d’Une Certaine Gaieté peut proposer des sorties du tonneau, mais chacun des membres de la plate-forme ouverte peut le demander.

Une autre proposition d’intervention du tonneau s’ajoute à le liste des possibilités évoquées lors de la table-ronde : une présence sur la Passerelle pendant le marché de la Batte le dimanche à Liège.

Le dernier rendez-vous avec le Tonneau de Diogène eut lieu au 1er mai associatif Place Saint-Paul à Liège. Voir [la vidéo->http://certaine-gaite.org/av/video.php?av_id=41].

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *