De la culture du paradoxe

Download PDF

L’été se termine. On a eu droit aux nouvelles habituelles, celles de l’été évidemment. Les SDF, c’est pour l’hiver. Prenez le Tour de France. C’est quoi les références de la participation à une épreuve sportive ? Il ( le cycliste) mange mieux qu’un individu qui ne mange pas ? Je ne vois jamais de Somalien sur le champs de Mars à Paris. Il se dope ? Alors pourquoi pas des compétitions OPE (Ouverture pour l’Ego ) ? Ce serait plus contemporain. Mais…

C’est la rentrée ! Prenez, par exemple, ces sas (d’entrée évidemment ) que l’on voit proliférer dans des centres commerciaux en construction. Prolifération projetée il y a dix ans, quand l’avenir semblait radieux et la croissance infinie. Ces sas sont censés protéger l’intérieur de l’extérieur. Les « portes » tournent, faisant rentrer de petites grappes. Les architectes d’hier auraient, peut-être, dû prévoir aussi le pivotement du socle du sas. On y rentre mais on ne sait pas où on débouche, « dedans ? », « dehors? » Il est encore temps d’y remédier. C’est l’air du temps.

C’est la rentrée ! Le prix des choses, les places… à l’école, au boulot, dans les files, à l’arrêt du bus ou à l’entrée des villes pour les solitaires au volant qui écoutent la Première et ses excellentes recettes pour chier bio, devant les distributeurs de toutes sortes, surtout d’argent la première semaine du mois, et… On se croirait en Union Soviétique, selon la propagande occidentale de l’époque.

La rentrée dans le Mur.

La rentrée à la maison pour ouvrir sa boîte aux lettrex et tomber sur des factures et des pubs. Luminus comme journée !
Ne nous dites pas : “c’est surréaliste”, on a déjà traité le thème.
C’est la rentrée ! C’est par où la sortie ? ou je te rentre dedans ! Les mots, dans un échange verbal, pourraient se résumer par un point d’interrogation et un point d’exclamation.
« Après l’abîme, on va faire un grand pas en avant ».
Un colonel grec dans les années 60.

Puis, une interrogation sur les nuances des définitions qui sous-tendent la question omniprésente de l’éthique.

intégralité (nom féminin) : Caractère de ce qui est intégral

intégrité (nom féminin) : Etat d’une chose qui est entière, qui est en bon état.

Qualité d’une personne qui ne se laisse pas corrompre.

Et pour terminer momentanément, une inversion sémantique.

C’est la sortie ! C’est où la rentrée ?

(?/! >> !/?) = how “to be or not…”

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Catégories

Auteurs