Anatomie de la presse féminine

Download PDF

Fin de semaine, la tête trop pleine, je décide d’abandonner mon traditionnel hebdomadaire d’actualité pour un de ces magazines féminins dont on parle tant…Après tout, ce soir, je n’ai pas envie de réfléchir.
Debout devant le rayon, je ne sais pas où donner de la tête : ces magazines semblent pousser sur le marché de la presse comme des champignons. Il y en a pour tous les goûts : pour les jeunes, très jeunes, moins jeunes mais aussi pour les femmes actives, les mères débordées ou encore les mamys dans le vent. Des dizaines de propositions s’offrent à moi : de la santé à la mode en passant par la psychologie et la nouvelle passion déco de ces dames, je ne manque certainement pas de choix. Les dossiers « à la une » se déclinent sous toutes les formes : on nous dit tout sur les régimes -ceux qui marchent bien sûr- la sexualité, les relations sociales, la vie professionnelle et j’en passe. Toujours plus vraies et plus miraculeuses, les solutions aux problèmes liés à notre désespérante condition de femme sont exposées les unes après les autres, magazines après magazines, dossiers après dossiers,…

Trouver sa «catégorie»

Le choix est énorme, je procède donc par élimination. Je fais un rapide tour d’horizon et je décèle aisément les sous-catégories des magazines féminins. Il y a d’abord ceux pour les adolescentes. Entre la couverture présentant une jeune fille à qui je n’ai jamais ressemblé à l’âge de 16 ans, les trucs et astuces pour « draguer sur les chats » ou encore la meilleure façon « de pas être relou avec les potes », je me sens tout de suite dépassée par cette nouvelle génération. Je passe aux magazines santé, là aussi le choix est vaste avec un point commun tout de même : le régime est toujours à la mode ! Je viens de m’acheter un paquet de chips, je détourne donc mon regard au plus vite de ces rabat-joie, pour le bien de ma conscience.

Deux autres rubriques récurrentes m’interpellent : la déco et la cuisine se retrouvent dans tous ces magazines, presque sans exception. La polémique me vient tout de suite à l’esprit : ne renvoie-t-on pas la femme, une fois de plus, dans les quatre murs de sa maison ? Deux titres me font d’ailleurs sourire : « votre salle de bains : le reflet de votre personnalité » et « je suis nulle en cuisine », sans commentaire.

Jusqu’à présent, cette presse féminine ne me semble pas très amusante ni très valorisante. Ca frise presque la paranoïa : régimes, dérives de la chirurgie esthétique, médecins pas très compétents, stress au travail et à la maison, etc.

Je m’arrête alors sur une autre catégorie : la presse pour femmes mûres. Les titres que portent ces magazines sont évocateurs : Bien dans ma vie, Féminin pratique psychologique, Féminitude, Se sentir mieux, … Le cap des cinquante ans n’a visiblement pas l’air facile à passer, à en croire les rédactrices en chef. Ce genre de revue, on les reconnaît de suite : fini la midinette en couverture : place à la femme légèrement ridée, souriante et sûrement bien dans sa peau à l’instar d’Annie Cordy, véritable modèle pour ma grand-mère et ses copines. Effet de génération oblige, les titres sont quelque peu différents: « je réussis mon remariage », « commencer une nouvelle vie », « assumer sa ménopause »,
« prendre sa vie en main », ces journalistes ne manquent vraisemblablement pas d’idées pour améliorer le quotidien de nos aînées.

A côté de cela, un nombre incalculable de magazines consacrent entièrement leurs pages à la mode et à la beauté. A l’intérieur, toutes les nouvelles tendances. C’est alléchant. Je pensais justement renouveler ma garde robe avec mon premier salaire. Très vite, c’est la déception. Il va me falloir plus d’un an de salaire si je veux m’offrir les vêtements présentés : rien n’est à moins de 300 euros. Les produits de maquillage, eux aussi, sont triés sur le volet, que des grandes marques, hors de prix.

Après avoir éliminé les magazines ados, santé, de mode et ceux pour femmes mûres, je n’ai plus d’autre choix que de me
glisser, malgré moi, dans la catégorie des magazines pour nouvelles femmes actives : les « desperate housewives » entre 25 et 40 ans.
Je ne compte plus le nombre de messages stéréotypés que mon cerveau reçoit en moins d’une minute : rien que des solutions pour être belle avant tout, mince car c’est très important et populaire pour éviter la dépression. Mais ce n’est pas tout, en véritable Wonder-Women que nous sommes, nous poursuivons une carrière professionnelle des plus enviables et nous arrivons même à nous occuper pleinement de notre petite famille. Ne sommes nous pas pourtant de simples mortelles ? Apparemment ce n’est pas l’avis des auteurs de ces articles : grâce à leurs précieux conseils, tout devient possible. Vous êtes célibataire ? Si vous suivez la énième méthode de votre magazine, le grand amour ne tardera pas à frapper à votre porte. Preuve en est : Angelina Jolie, l’heureuse élue du très convoité Brad Pitt fait la couverture de cette revue, tel un argument d’autorité.
Lassée de chercher, je me décide et prends une revue qui propose des ristournes pour des hôtels, ça me donne des envies de voyage. Les titres ne sont pas vraiment plus intéressants que ceux de leurs concurrents mais le dossier sur les tue-l’amour fatals me parait amusant et scelle mon choix. J’aurai quand même mis un bon quart d’heure à me décider.

L’art de se faire des amis

Peletonnée dans mon canapé, j’ouvre mon nouveau magazine. Je feuillette, m’amuse beaucoup en lisant le dossier sur les hommes qui gardent leurs chaussettes pendant l’amour, et puis je tombe sur cet intrigant article : « 15 idées neuves pour se faire des amis + conseils pour attirer la sympathie ». Etant moi-même la dernière «petite nouvelle» de ma boîte, je décide de lire attentivement leurs précieux conseils. Dans le top 10, apprendre à cuisiner, cela va de soi, puisque si on analyse un peu ces revues, femmes et casseroles semblent liées pour la vie. J’apprends aussi que je dois prêter mon canapé, apprendre une nouvelle langue, m’inscrire à des cours de danse ou encore surfer sur internet. Décidemment, ça n’a pas l’air facile de se faire de nouveaux copains…Je laisse rapidement tomber, je trouverai bien des moyens plus simples pour ne plus manger mon sandwich seule devant mon ordinateur.

Après m’être gavée de ces lectures et de toutes ces couvertures de magazine, une dernière question me vient à l’esprit. J’observe que ces médias nous bombardent d’images du corps féminin peu diversifiées si ce n’est dans la multitude de produits qu’il sert à représenter. Les visages et les corps sont sans défaut, ces femmes semblent clonées les unes sur les autres. Ces nouveaux éloges de la femme ronde et bien dans sa peau ne seraient-ils que de la poudre aux yeux ?

1 Commentaire

  1. Michael Vincent's Gravatar Michael Vincent
    29 juin 2020    

    Je viens de tomber sur cet article.
    Je ne savais pas que tu écrivais, mais depuis le temps qu’on a pas eu de nouvelles l’un de l’autre…
    C’est très bien écrit, j’aime beaucoup.
    J’espère que tu te portes bien ainsi que la famille.

Répondre à Michael Vincent Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Catégories

Auteurs