Chère voiture

Download PDF

« À quatorze ans, j’ai voulu devenir apprenti. Mon père ne voulait pas. Lui qui était venu d’Italie pour travailler à la mine, il préférait que je fasse des études. Mais moi, c’était de la mécanique que je voulais faire. Finalement, il m’a accompagné au garage Super Auto. À l’époque, les plus belles mécaniques étaient là : Ferrari, Lamborghini… L’ouvrier qui m’a reçu m’a dit : « tu peux commencer mais je te montre une fois. La deuxième fois, je te mets une gifle ». Mon père était content, il se disait que j’allais être découragé et ainsi reprendre mes études, mais je n’ai jamais pris de gifle. C’est comme ça que j’ai appris la mécanique et la carrosserie.

Maintenant, ça fait 26 ans que je suis dans le métier, et j’ai pu voir l’évolution de l’automobile, notamment avec les problèmes de pollution et de consommation.

Par exemple, un vieux véhicule, même une 1600 essence, consomme 10 litres, alors qu’une nouvelle en consommera un peu moins. Il n’y a pas eu d’évolution. Peut-être au niveau de la sécurité, je dis bien peut-être. Et ce n’est même pas de l’évolution pour les gens, mais plutôt des attrapes nigauds. Ils ont commencé à acheter de l’électronique : airbags, abs, etc., et ils n’arrêtent pas. Les gens sont en panne et ils se demandent pourquoi.

Avant, on pouvait avoir une pièce pour 50 euros, maintenant il en faut 300. Dans le budget d’une famille, ce n’est pas évident. Quant au recyclage… Les trois quarts des voitures n’y passent pas. Le vendeur dit qu’il va la revendre 1500 euros à un marchand, mais elle reste toujours en circulation parce que quelqu’un va lui en donner 1600 euros et qui sera tranquille pour 3, 4 ans. Ce n’est que si elle est vraiment toute abîmée qu’elle partira au recyclage. On démontera l’entièreté de la voiture pour qu’elle puisse être revendue pièce par pièce. Mais quand on achète une voiture maintenant, on te donne des garanties de trois ans ou de cinq ans, après c’est fini… Et les problèmes arrivent : échappement, pompes à eau, courroies de distribution… parce que maintenant les courroies de distribution, que tu aies fait vingt mille kilomètres ou cent mille, il faut quand même les changer. Avec une voiture neuve, on peut faire beaucoup de kilomètres : maintenant il y a des huiles avec lesquelles tu peux aller plus longtemps, soi disant. Mais on peut faire trente mille kilomètres avec une petite 1400 diesel entretenue, alors que c’est un moteur qui normalement devrait faire deux cent cinquante ou trois cent mille kilomètres. A cent cinquante mille kilomètres, il faut remplacer le moteur. Et c’est ce que les constructeurs automobiles veulent : que l’on rachète une nouvelle voiture après quatre ans.

Aujourd’hui, quand on vient au garage avec des nouveaux véhicules sous garantie, je ne mets même pas les mains dessus, sinon la garantie risque de se décharger. Pendant quatre ans, tout allait bien, le propriétaire de la voiture n’a dû faire que la vidange et le gros entretien, peut-être changer les plaquettes. Les problèmes viennent après quatre ans. C’est la durée de vie calculée par les constructeurs.

Une vieille voiture va peut-être demander 1000 euros de frais sur quatre ans, tandis que les nouvelles vont nécessiter 1000 euros chaque année parce que le propriétaire va progressivement devoir remplacer toutes les pièces.

Il y a des consommateurs qui commencent à s’en rendre compte, souvent ceux qui ont deux voitures dans le ménage. Si bien que la nouvelle peut rester au garage. Prenons un nouveau véhicule : une petite voiture, c’est environ dans les 10 000 euros. En gros, il faut compter entre 250 et 300 euros par mois pour le financement sur quatre ans. Quelqu’un de prévoyant va prendre une petite omnium pendant un an ou deux, comptons entre 800 et 1200 euros pour l’assurance du véhicule. Ensuite, il faut faire un entretien, même sous garantie, c’est environ 200 euros. Donc une voiture normale, quand tout va bien, revient à 3750 euros par an pendant quatre ans (ou deux selon l’omnium). Tandis qu’une
petite voiture d’occasion à 1000 euros qui peut tenir quatre ans, ne coûtera qu’entre 100 et 150 euros par entretien. Au total, sans panne, en comptant même les changements de l’embrayage ou des amortisseurs, c’est-à-dire environ 1000 euros de frais, le véhicule d’occasion coûte 2000 euros sur quatre ans. Il faut aussi prendre en compte le fait que la voiture consommera en moyenne un litre d’essence en plus par cent kilomètres.

C’est pourquoi selon moi, il y aura de plus en plus de personnes qui vont immatriculer d’anciens véhicules. Ils se moqueront de ne pas avoir l’air conditionné ou la direction assistée. Le problème, ce sera les connaissances des garagistes et l’auto sécurité.

Au début des années 90, l’électronique s’est imposée dans l’automobile. Les jeunes mécaniciens ne savent pas travailler sur une ancienne voiture, ils ne savent même pas comment ça fonctionne. Ils ont juste été formés à changer des pièces qu’un ordinateur détecte. Mais si la voiture a quand même des pannes, eux ne détecteront rien. L’électronique est mélangée à la mécanique pour soi disant avoir des performances, faire des d’économies et produire moins de pollution, mais c’est faux. La classe moyenne va se rabattre sur les vieilles voitures, je ne veux pas dire qu’elle n’achètera plus de voitures neuves, mais celui qui est de la classe moyenne et qui aura mis un peu de côté pour s’acheter une grosse Mercedes va se dire qu’à la rigueur, il vaut mieux en acheter une qui a peut-être dix ou quinze ans. Si on possède un ancêtre, l’auto sécurité va nous dire qu’il faut rester dans un rayon de trente kilomètres et prendre une assurance pas très chère, à peu près 75 euros par ans. Donc, tout le monde va vouloir se lancer là-dedans jusqu’au jour où ils vont nous dire que c’est fini, qu’il faut désormais payer la taxe comme avant. Ils vont s’apercevoir que les gens ne sont plus intéressés par les nouveaux véhicules.

L’Etat avec l’auto sécurité sont les régulateurs du marché. Ils peuvent mettre la barre beaucoup plus haut, simplement pour sauver le marché, et non pour garantir la sécurité.

Ce n’est ni normal, ni logique qu’avec un ancêtre on ne puisse passer qu’une seule fois le contrôle auto sécurité quand on l’immatricule, qu’on doive s’affilier à un club et rouler dans un rayon de trente kilomètres. Ce qui va arriver c’est que cet examen de passage pourrait rendre non valables certains véhicules alors qu’ils peuvent encore rouler et ceci de façon à préserver un marché. Comme pour le tuning. On ne voit jamais les gens malades de leur voiture rouler à 180 km/h sur l’autoroute, ils font bien trop attention à leur véhicule. Mais à l’auto sécurité, ils ne pouvaient plus passer quand la voiture était rabaissée, mais maintenant tu passes si tu paies, parce que l’auto sécurité contrôle en plus des amortisseurs, le tableau de bord peint en orange ou rose.

Cela ne devient même plus une question de sécurité, parce que ces gars là, au moindre bruit bizarre, ils viennent au garage. On nous parle de vignettes. Mais bon, pourquoi irait-on payer en plus une vignette dans son propre pays. Non, ce qu’ils devraient faire, c’est la faire payer aux étrangers. En payant sa taxe de circulation, on devrait automatiquement recevoir une vignette, comme ça le policier peut directement vérifier si le conducteur a payé sa taxe de circulation et s’il est en règle d’assurance. »

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Catégories

Auteurs